Mondialisation scientifique et dynamiques réticulaires de la science politique : une analyse des réseaux francophones de science politique

Philippe Eyebe Awono et Hong Khanh Dang

Les réseaux scientifiques sont des nœuds de relations (Lemieux 2004, 29) entre professionnels de la recherche ayant une expertise et une compétence reconnues (Hass, 1992, 3). Ils sont le fait de communautés épistémiques (Meyer, 2011, 141) et de communautés épistémiques linguistiques. Ces communautés évoluent dans un environnement mondial compétitif dont fait partie la science politique francophone. Celle-ci mérite d’être étudiée pour voir si sa démarche réticulaire peut constituer un facteur explicatif de son rapport à la mondialisation scientifique. La sociologie de la connaissance et de l’action collective met en lumière un réseau structuré autour d’un complexe de propriétés. Néanmoins, ces propriétés ne peuvent à elles seules, expliquer la place marginale de la science politique francophone dans la compétition scientifique mondiale.

Scientific networks as a node of relationships (Lemieux 2004, 29) between research professionals with recognized expertise and competence in a particular field (Hass, 1992, 3) are the result of epistemic communities (Meyer, 2011, 141) and linguistic epistemic communities. These communities operate in a competitive global environment. Francophone political science as a producer of networks deserves to be studied to see if the reticular approach of French-speaking political science associations can be an explanatory factor for the relationship between Francophone political science and scientific globalization. A sociology of knowledge and collective action allows us to see that a complex of properties structures this network but that this complex of properties can not alone explain the marginal place of the French-speaking world political science in the concert of world scientific competition.



1Dans un contexte global de compétition multi secteurs, le secteur de la recherche n’est pas épargné. Il est l’objet d’une profusion de prix et distinctions divers. Ces différentes reconnaissances du travail accompli par des chercheurs sont devenues des critères pour l’appréciation du niveau des universités, notamment en termes de production scientifique. C’est aussi sur cette base que s’organise la compétition scientifique mondiale (Aghion, 2009, 7). Par exemple, les effets d’annonce du classement de Shanghai et la concurrence de plus en plus rude entre les universités (Kossi, 2013, 470) participent de cette construction internationale de la compétition scientifique. Pourtant, les dynamiques scientifiques globales imposent la collaboration entre chercheurs, sous forme de réseaux de recherche. La performance de ces réseaux est tributaire de leur capacité à favoriser la collaboration des chercheurs membres, plutôt que leur compétition. Cette collaboration peut se construire autour d’une langue. C’est par exemple le cas des réseaux de chercheurs produisant des connaissances en français. Le français est donc par conséquent considéré comme une langue scientifique autour de laquelle se forment des communautés épistémiques.

2Ces communautés épistémiques linguistiques n’évoluent pas dans un environnement clos car la production scientifique tient désormais compte de la mondialisation de la recherche. La mondialisation de la recherche en tant qu’espace de compétition, coopération » (Fussman, 2011, 1) permet de questionner les propriétés du réseau francophone des associations de science politique dans ses propres interactions mais aussi en rapport avec des réseaux de science politique ayant en partage d’autres langues dont l’anglais.

3Ainsi, notre questionnement principal est de savoir de quelle manière les dynamiques réticulaires de la science politique francophone se manifestent dans la mondialisation scientifique. Il nous amène à comprendre comment s’organise le réseau francophone de science politique. Quelles en sont les propriétés et les interactions avec les réseaux de science politique d’autres aires linguistiques ? À partir de la sociologie de la connaissance et d’une analyse comparative, l’analyse du réseau permet de comprendre le réseau francophone des associations de science politique, puis nous allons enchaîner avec l’analyse de ses composantes (I). Ensuite, nous essayerons d’étudier sa démarche réticulaire afin d’en dégager les propriétés en rapport avec la mondialisation et la compétition scientifique qu’elle induit (II). Le but est de voir si le réseau francophone de science politique est structuré par ses dynamiques internes et externes et si ce réseau contribue lui aussi à structurer la compétition scientifique mondiale.

I. Le réseau des associations francophones de science politique : regard théorique et composantes

4La naissance d’un réseau francophone de science politique peut sans doute trouver des explications à partir de la théorie des réseaux (I.1) et ces explications permettent de mieux saisir les composantes du réseau autour duquel se structure la science politique francophone (I.2).

I.1. Comprendre le réseau des associations francophones de science politique : un détour théorique

5Étant d’une polysémie et d’une plasticité forte (Musso, 2003), le terme « réseau » renvoie à des significations et des applications plurielles. Selon Laurent Beauguitte, le réseau est constitué d’un ensemble fini et non vide de points, symbolisant des acteurs (individus, groupes, institutions, textes, etc.) et d’un ensemble fini et éventuellement vide de lignes symbolisant les relations entre ces acteurs (Beauguitte, 2016). Quant à Vincent Lemieux, un réseau est un système d’acteurs sociaux qui, pour des fins de mise en commun de la variété dans leur environnement interne, propagent la transmission de ressources en des structures fortement connexes (Lemieux, 1999, 123). Qu’ils soient économistes, aménageurs, urbanistes, sociologues, historiens ou spécialistes des sciences de l’ingénieur, beaucoup de chercheurs tendent à accorder une place de plus en plus importante aux réseaux dans leurs discours et dans leurs modes de raisonnement (Curien, 1993). Cette tendance est de plus en plus visible avec l’accélération de la mondialisation qui, grâce au développement des transports et des communications, « transforme l’organisation spatiale des relations sociales et des transactions - leur extension, leur intensité, leur rapidité et leur impact - et qui génère des flux et des réseaux transcontinentaux et interrégionaux d’activités, d’interactions et d’exercice du pouvoir » (Held, 1999).

6En sciences sociales, le succès planétaire des communautés virtuelles comme Facebook ou MySpace a mis ce concept à la mode au cours de ces dernières années (Mercklé, 2004). De nombreuses études sur les réseaux sociaux ont donc vu le jour, notamment dans le domaine de l’analyse des politiques publiques où il a connu un développement important sous l’influence de travaux britanniques et américains (Le Gales et Thatcher, 2004). Sur le plan scientifique, le réseau des associations francophones de science politique peut être étudié à l’aune de ces théories. « S’il y a bien une activité où les réseaux sont omniprésents, c’est le monde scientifique. Les chercheurs forment, recrutent, évaluent, collaborent, s’organisent en communauté » (Bernela, Bernard et Ferru, 2018). Créé en 2005, cette structure réticulaire de science politique regroupe les associations de science politique belge-wallonne, française, québécoise et suisse. Elle constitue l’une des plus vastes organisations de science politique au monde même si l’American Political Science Association semble plus vaste du point de vue sa composition. À travers les congrès biannuels qui sont organisés par chacune des associations membres, il est devenu un lieu de rencontre pour les politologues francophones afin d’échanger sur leurs travaux de recherche. L’Afrique francophone n’est pas une composante officielle dans ce réseau et cette question a été abordée au congrès biannuel de Neuchâtel en 2015. Néanmoins les chercheurs africains sont présents au sein de cette structure qui se caractérise par la redondance de ses connexions (Lemieux, 1982, 13). Selon Vincent Lemieux, la capacité de prolifération des connexions qui caractérise les réseaux sociaux tient à la tendance à la transitivité des relations dans ces derniers, notamment quand celles-ci sont bilatérales (Lemieux, 1982, 56-58). Pour distinguer des systèmes en forme de réseaux par rapport aux systèmes en forme d’appareil, il a proposé plusieurs variables à étudier comme les liens et les frontières des réseaux, les connexions et leur variété, le capital social des acteurs, la transmission des ressources, la structure et structuration des connexions (Lemieux, 1999, 123-133). Ces pistes de distinction nous guident dans la compréhension des dynamiques réticulaires de la science politique francophone.

7Après avoir étudié le réseau des associations francophones de science politique au prisme de la théorie des réseaux, il convient maintenant d’en étudier les composantes.

I.2. Les composantes formelles du réseau francophone de science politique

8Comme nous l’avons rappelé précédemment, le réseau des associations francophones de science politique est un regroupement officiel des structures associatives francophones de science politiques qui existent déjà depuis des décennies. Il s’agit de l’Association française de science politique, l’Association suisse de science politique, l’Association belge francophone de science politique, la Société québécoise de science politique, l’Association luxembourgeoise de science politique. Ce réseau constitue donc un grand réseau contenant des réseaux nationaux. Il créé, par conséquent, des connexions transnationales voire intercontinentales. La langue française, des thématiques de recherches communes ainsi que les défis de compétition scientifique constituent des facteurs déterminants des interactions entre les acteurs participant à ce réseau.

I.2.1. L’Europe marquée par une diversité de composantes francophones

9La science politique francophone en Europe est principalement représentée par la science politique belge, française, luxembourgeoise. Il convient de voir si ces espaces produisent de la même manière le savoir sur le politique. La suite des développements permettra de mieux cerner cette réalité à travers la constitution de réseaux nationaux et des micros réseaux thématiques. Pour la science politique française, la ligne de démarcation principale qui permet de l’identifier est la place de l’État et des institutions pour l’Europe. Une autre ligne de démarcation est le recours plus fréquent à des macro-comparaisons entre États (Frognier, 2002, 642). L’identité de la science politique française repose donc sur l’importance de l’État et des institutions dans la mesure où l’État est prégnant dans la construction de la société (Ibid). Cela se justifie par le fait que la science politique française a été longtemps influencée par le droit public. Mais il faut préciser deux choses. D’abord, la science politique telle que nous l’évoquons n’est pas exclusive car il y en a une autre plus sociologique (Braud, 2018). Ensuite, cette image de la science politique française est limitée car elle ne rend pas compte de toute sa complexité en termes d’approches, courants et paradigmes. (Favre, 2010, 997).

10La frontière au sens de Lemieux est donc poreuse car lorsque nous observons le réseau suivant qui est le réseau belge, nous remarquons qu’il ne comporte pas trop de différence avec la science politique française. C’est principalement visible dans les thèmes qu’il aborde comme la citoyenneté, l’analyse de l’action publique, le genre et le féminisme, la circulation des idées et des discours politiques, etc. Les chercheurs orientent leurs travaux sur l’État, dont la préoccupation majeure est « de saisir les déterminants de la cohésion et de la stabilité politique (Dassargues, 2014, 2) au sein d’une société profondément divisée par des clivages d’ordre religieux, ethnique et de classes sociales » (Quévit, 1975, 669).

11La science politique luxembourgeoise quant à elle est fortement marquée par une variété d’objet d’études. En effet, « avec une absence de conflit ouvert entre groupes linguistiques et une intercompréhension entre champs socio-linguistiques rendue possible par le multilinguisme de la population, le Luxembourg peut apparaître d’une certaine manière comme une société démocratique plurilingue « idéale », qui viendrait contredire les réserves formulées par John Stuart Mill en 1861 » (Nuria, 2014, 17). La science politique luxembourgeoise aborde des thématiques variées en fonction de l’endroit où l’on se situe dans le territoire mais aussi en dehors de la notion de plurilinguisme. Elle s’appesantit sur les thématiques telles que les migrations (Fleury, 2010, 95) ou l’analyse du système éducatif (Dierendonck, 2009, 103). En reprenant les propositions théoriques de Lemieux sur les connexions et les variétés, nous pouvons rapprocher la composante suisse de la composante belge. La science politique en Suisse aborde des aspects généraux, et fait une étude comparée des systèmes politiques. Les chercheurs suisses travaillent aussi sur la politique migratoire, ainsi que sur la politique extérieure (Dumoulin, 2012,325). La notion de territorialité et de gouvernance locale n’est pas en reste puisqu’elle est abordée dans ses différentes facettes.

I.2.2. Le Québec : une autre couleur francophone au sein du réseau

12L’environnement canadien en matière de science politique est caractérisé par le fait que le système universitaire canadien comporte des universités francophones et anglophones comme c’est aussi le cas le cas de la science politique en Afrique. Elle se fait en plusieurs langues dont le français et l’anglais principalement. En effet, la science politique canadienne francophone est structurée par la dépendance au sentier de « l’histoire coloniale et du rapport de force entre les puissances qui, depuis le XVIIIe siècle, a déterminé l’établissement successif des populations. Au-delà de la diversité dite "ethnique", c’est toute l’organisation sociale canadienne qui fut profondément structurée par la coexistence des groupes distincts, issus de la double colonisation française puis britannique, mais aussi des minorités amérindiennes autochtones puis des flux migratoires » (Bertheleu, 2001, 32). Ce sentier (Palier, 2010, 411) dont dépend la science politique canadienne en général et francophone en particulier va se décliner en objets d’études multiformes. On voit bien à ce niveau que du point de vue des études multiculturelles régionales et linguistiques, la science politique canadienne francophone ne présente pas une frontière très étanche avec la science politique luxembourgeoise et suisse.

13Ces déclinaisons des sciences politiques québécoise et européenne renvoient à ce que nous pouvons qualifier de composantes officielles du réseau des associations francophones de science politique alors que l’Afrique francophone, tout en restant fortement présente, n’a pas un réseau clairement identifié.

I.2.3. L’Afrique francophone : une présence non officielle

14À la différence des composantes formelles du réseau des associations francophones de science politique, l’Afrique présente une particularité qui est due au biais analytique souvent induit dans sa définition. Selon Coquery-Vidrovitch, l’Afrique n’est pas une entité homogène et, évidemment, encore moins un seul pays ou un seul État. Des comparaisons banales ne tiennent pas, par exemple entre l’Afrique (un continent) et la Chine (un État) (Coquery-Vidrovitch, 2011, 7). Par conséquent, elle ne désigne pas ici une unité unique mais un ensemble de pays africains qui sont très hétérogènes. Nous pouvons nous situer dans une perspective diachronique pour constater au moins deux choses : que l’Afrique en tant qu’objet d’étude n’a été investie que très récemment par la science politique » (Gazibo, 2001, 1). Ensuite que l’Afrique dans ces conditions avait plus de chance d’être objet plutôt qu’acteur de la recherche (ibid.). L’objet Afrique est en effet resté longtemps marginalisé dans la science politique ou plutôt inscrit dans un exceptionnalisme épistémologique. Lequel exceptionnalisme voulait que le chercheur sur le politique en Afrique, navigue entre les imprécisions, les illusions et les fausses certitudes (Borella, 1996, 229). Toute littérature sur l’Afrique, qu’elle soit d’origine africaine ou européenne et américaine, est dominée par le problème du cadre dans lequel on peut penser le politique en Afrique. Ce problème se pose concrètement au niveau des analyses car elles se limitent le plus souvent à incriminer l’inadaptation des mécanismes politiques importés par la colonisation et reproduits après la décolonisation. (ibid). C’est alors dans cet environnement d’une supposée incertitude théorique sur le politique en Afrique, que se développe la science politique africaine francophone. Elle reste néanmoins présente de part les démarches individuelles des chercheurs francophones dans les réseaux internationaux de science politique.

15Il faut préciser que tous les débats que nous avons évoqués au sujet de cette science politique francophone, cristallisent la cruciale question de l’État en Afrique. D’abord parce que l’État a longtemps été considéré à tort ou à raison comme l’unique objet de la science politique. Ensuite parce qu’en raison de cette conception partielle voir partiale de la science politique, l’État en Afrique apparaît comme un OSNI, c’est-à-dire un objet scientifique non identifié (Gemdev, 1997, 312). Cette propriété de l’État en Afrique laisse aussi transparaître celle de la science politique africaine, notamment francophone. De fait, les politistes occidentaux se sont plus appesantis sur la question de savoir pourquoi le modèle occidental de 1’État-nation n’a pas pris racine en Afrique (ibid), bottant ainsi en touche la question de savoir s’il était souhaitable ou possible que ce type d’État prenne durablement corps dans le contexte socioculturel et politique africain postcolonial (ibid). Cela ne veut forcément pas dire qu’il n’y a pas une science politique africaine francophone en tenant compte de ce que l’Afrique n’est pas une réalité homogène. Nous pouvons néanmoins la classer dans plusieurs catégories comme celle du « nous aussi » pour dire qu’il est possible de penser le politique en Afrique, alors celle du « nous avec » pour dire qu’il est possible de penser le politique en Afrique sans le prendre comme un objet marginal qui mérite un regard particulier. Les catégories du « nous aussi » et du « nous avec » permettent de voir que les différentes logiques de la science politique africaine convergent vers une intention commune d’émancipation autour d’une région longtemps traitée comme objet scientifique marginal.

16Si la science politique africaine francophone n’est pas identifiable à travers un réseau, il y un réseau global africain de science politique qui se déploie au sein de l’association africaine de science politique (African Political Science Association).

17Il apparaît que les différentes composantes de la science politique que nous venons d’évoquer, rendent compte d’une démarche réticulaire hétérogène dont il convient d’examiner la quintessence et le rapport à la compétition scientifique mondiale.

II. Compétition scientifique mondiale et caractérisation des réseaux francophones de science politique

18Selon Biersteker, trois défis majeurs caractérisent la recherche et l’enseignement à l’international : transcender l’unicité d’une discipline, surmonter les chauvinismes et intégrer les savoirs pratiques. Il précise que nous vivons dans un univers d’ordres mondiaux multiples, qui coexistent et s’interpénètrent (Biersteker, 2015). A partir de l’idée de Darras (Darras, 2004, 13) selon laquelle la science politique francophone est une et multiple, nous pouvons caractériser les réseaux francophones de science politique à travers deux déterminants. Il s’agit tout d’abord du rapport entre langue et dynamiques réticulaires (II.1). Il s’agit ensuite des interactions réticulaires, notamment la formation de micro réseaux internes, la formation des liens entre les divers espaces francophones puis la formation de réseaux entre ces espaces francophones et les autres réseaux non francophones (II.2).

II.1. Le rapport entre langue et dynamiques réticulaires

19Au sens le plus courant, « une langue est un instrument de communication » (Dubois, 2004) De façon plus précise, elle est, selon Paul Germain, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, une composante constitutive de l’homme qui lui permet de modeler une certaine manière de vivre, de comprendre, de sentir et d’exprimer la richesse intellectuelle, esthétique, affective, mystique (Germain, 1989). Dans la recherche scientifique, la langue joue un rôle très important. (Laszlo, 2010). Cela est vérifiable dans un contexte de mondialisation sous fond de compétition linguistique. Dans ce contexte de compétition linguistique, le français constitue pour les chercheurs francophones, un moyen direct et efficace pour exprimer de leur pensée scientifique. Par contre, ce moyen nécessite d’être défendu face à l’anglais dominant.

20Ainsi, la science politique francophone fait face à de nombreux défis. Même si l’enseignement est toujours assuré en français, les chercheurs francophones sont sous une pression de plus en plus forte de publier en anglais à cause du lien tissé entre la langue de publication et la performance bibliométrique. Ce lien est bien démontré dans une recherche réalisée par Imbeau et Ouimet sur 434 dossiers de professeurs d’université au Québec et en France. Selon ces auteurs, les chercheurs dont les publications se font principalement en français sont susceptibles d’obtenir un rayonnement limité par rapport à ceux qui publient principalement en anglais (Imbeau, Ouimet, 2013). En convoquant Hoffmann, Ramel justifie cette position de l’anglais dans la recherche en science politique à travers 3 variables : « La prédisposition intellectuelle grâce à l’afflux des acteurs continentaux européens fuyant le nazisme ; les circonstances politiques post-1945 qui font des États-Unis les grands vainqueurs sur le plan économique et politique ; l’opportunité institutionnelle qu’offrent les fondations et institutions telles Ford ou Carnegie qui animent et soutiennent l’activité de recherche » (Ramel et Phan, 2008).

21Ainsi, le français ne peut plus espérer concurrencer l’anglais, au moins dans son usage d’espéranto du monde scientifique (Hirschhorn, 2004). Cette réalité place les chercheurs francophones en science politique devant l’enjeu de concurrence scientifique face au monde anglo-saxon où les chercheurs possèdent des atouts linguistiques. C’est dans ce contexte où la création du réseau francophone des associations de science politique, avec son objectif de contribuer au développement de la science politique en français dans le monde, donne plus de sens. Constituant une enceinte qui rassemble tous les deux ans près de 1000 politistes francophones, le réseau a créé par ses congrès les temps forts pour la discipline (AFSP, 2018). En dehors de ces rencontres officielles, les liens tissés entre les chercheurs ayant en partage une même langue leur permettent d’avoir des interactions et des coopérations scientifiques qui dépassent les frontières de leurs pays. La langue constitue donc un facteur de connexion et de cohésion pour les acteurs de ce réseau.

22Revenant sur les variables proposées par Vincent Lemieux, nous constatons que ce réseau francophone dispose bien des liens et des frontières qui sont à la fois fixes et souples et c’est la langue qui les délimite. Les frontières fixes sont formées autour des composantes francophones officielles de ce réseau tandis que celles qui sont souples, embrassent aussi des chercheurs francophones venant de partout dans le monde, notamment de l’Afrique francophone. La langue constitue donc un des indicateurs qui décrivent le degré d’ouverture des frontières de ce réseau. En plus, il faut noter qu’à part cette langue commune, les chercheurs appartenant à ce réseau pratiquent également d’autres langues soit locales soit internationales. Cette diversité fait de ce réseau un espace où le plurilinguisme doit nécessairement avoir une place. Le français doit donc cohabiter avec d’autres langues dont évidemment l’anglais tout en étant le fil de connexion entre les acteurs et structures dans ce réseau.

23Après avoir revisité le lien que la langue entretien avec la démarche réticulaire du réseau des associations francophones de science politique, il est aussi important de caractériser le fonctionnement de ce réseau.

II.2. La formation et la caractérisation de réseaux multiples entre rencontres, assises et congrès

24Le réseau des associations francophones de science politique présente trois principales caractéristiques que sont le regroupement des chercheurs par thématique, le regroupement des groupes thématiques au sein des congrès et la rencontre entre ces micro-regroupements et les autres réseaux francophones. Les différents groupes thématiques témoignent justement que c’est un réseau hétérogène marqué par des connexions et des variétés. En effet, en observant les différents pays dont sont issues les différentes associations membres du réseau, nous remarquons qu’il y a des thèmes qui traversent les frontières. C’est le cas de la politique comparée ou des politiques publiques. Ensuite, nous remarquons que cette désormais absence de frontière favorise des connexions. Le tableau suivant que nous avons monté à la suite des données récoltées au sein des différentes associations, est représentatif de la réalité.

Tableau 1 : Pays, Réseaux nationaux, Réseaux thématiques

France

Association Française de Science Politique

Politique comparée

Groupe de recherches en sociologie comparée du politique GRESCOP (anciennement groupe « Politique comparée ») / Groupe Science politique comparée des administrations – SPCA

Sociologie politique et histoire et Méthode

Groupe « Genre et politique » /Groupe de Recherche sur les Parlements et les Parlementaires- GRPP

Groupe « Local et Politique » / Groupe Histoire/Science politique – GRHISPO

Groupe politique de la communication. Médiatisation, controverses et jeu politique / Etudes politiques sur le pénal

Groupe « Méthodes, observations et données » MOD/ GP ComPol / GP EthnoPol / Ethnographie politique / GP HiSoPo / Histoire sociale des idées politiques en perspectives

Relations internationales et francophonie

Groupe de recherche sur l'Union Européenne / GP GRAM / Le multilatéralisme comme forme d’action collective internationale / Section d’Etudes Internationale / Section d’Etudes Européennes / Les Afriques dans le Monde/ Institut International pour la Francophonie

Etudes électorales et comportement politique

Groupe d’Analyse Electorale – GAEL

GP GrePo / La représentation politique. Histoire, théories, mutations contemporaines.

Groupe sur l’étude des organisations et partis politiques – GEOPP

Les formes de la loyauté et de la fidélité politiques (GrUE)

Politiques et Actions Publiques

Groupe « Politiques Publiques »

Groupe d’Etudes et de recherches sur les Mutations du Militantisme (GERMM) / GP PopAct / Opinion publique et action publique

Economie politique

GP Speco / Science politique de l’économie / Groupe Argent et Politique – ArP

Luxembourg

Association Luxembourgeoise de science Politique

Politique internationale, Gouvernance, Union Européenne

Political parties and Religion in the European Union European Election Studies 2004-2005

Sociologie Politique

Political parties and Religion in the European Union / Populisms in Europe (2015-2018) / Smartvote 2013 (2013-2015) European Election (2004)

Projets de la Chaire de recherche en études parlementaires (2015-2019) / Political parties and Religion in the European Union (2015-2018)

Belgique

Association Belge de Science Politique

Régionalisme

Action publique

Groupe sur le Fédéralisme, le régionalisme et la décentralisation / Groupe sur l’Action publique

Sociologie politique et Méthode

Groupe sur la théorie politique / Groupe sur les méthodes de recherche

Groupe sur les élections, partis et opinion publique

Relations Internationales

Groupe sur les Migrations, la diversité culturelle et politique-conflits sociaux

Groupe sur l’Europe et les Relations internationales

Suisse

Association Suisse de science politique

Relations internationales et politiques comparées /Etudes européennes /Politique de paix et sécurité

Développement et environnement Politiques publiques

Sociologie politique et Méthode

Economie Politique et Politiques Sociales

Fédéralisme et politique territoriale

Québec

Société Québécoise de science politique

Politique comparée

Etudes internationales, Francophonie

Sociologie politique

Etudes régionales

Politiques publiques

Administration publique

Afrique

Pas d’association africaine francophone officielle mais des démarches réticulaires en cours

La défense et la sécurité, les relations internationales

Les politiques publiques / administration publique

La politique comparée

L’économie politique

La sociologie politique (sociologie historique de l’Etat)

Source: Données compilées par les auteurs à base des informations recueillies auprès des associations nationales.

25Ce qu’il est important à retenir à ce niveau ce n’est pas seulement la multiplicité des groupes, mais leur capacité à produire des réseaux, plus qu’ils mettent en réseaux plusieurs spécialistes. Ces éléments confirment l’idée que « Les analyses de réseaux permettent aussi, pour peu que l’on valorise cette dimension, une représentation dynamique des processus sociaux. Elles décrivent les modes de construction du maillage social, les histoires relationnelles, les circulations de ressources, les modalités, les échanges et des influences, mettant ainsi en lumière les dynamiques de la socialisation » (Bidart, 2008, 44).

26En Belgique, le réseau de science politique est formé au tour de l’Association Belge de Science Politique qui résulte de plusieurs évolutions institutionnelles notamment en 1951, en 1979 puis en 1996. En appliquant les trois dimensions réticulaires utilisées pour la science politique française, on va constater que le réseau belge de science politique fonctionne sur la base de groupes de travail. « Le cœur de la dynamique de l’ABSP repose autour de groupes de travail (GT) dont les coordinateurs et membres proviennent de centres de recherche divers. Cette hétérogénéité permet de rassembler des chercheurs autour de sujets ou thématiques qui les unissent et permet l’organisation de colloques, de conférences, de séminaires, la publication d’articles et ouvrages, etc. » (ABSP, 2018). On voit là comment se construit le réseau qui pour l’instant repose sur 12 groupes de travail.

27Le réseau belge de science politique a déjà organisé 7 congrès qui favorisent la rencontre entre les micros réseaux adossés sur les groupes de travail mais aussi la rencontre avec d’autres réseaux francophones et non francophones, notamment les réseaux français, suisses, québécois, luxembourgeois, l’American Political Science Association et les réseaux internationaux comme l’International Political Association. Ce réseau est adossé sur une principale revue à savoir la revue internationale de politique comparée, avec pour principal objectif de renforcer la scientificité de la science politique à travers la comparaison (ABSP, 2018).

28Les réseaux francophones de science politique se créent de façon thématique, d’abord au sein des associations nationales, ensuite entre les réseaux des associations nationales, notamment dans le cadre global qu’est le réseau des associations francophones de science politique. Ces dynamiques réticulaires qui se forment autour de sous-disciplines vont se caractériser principalement par les assises, les rencontres au sein des groupes de recherche thématiques et les congrès. En ce qui concerne les assises, nous avons pu remarquer qu’en France, si elles permettent de faire du réseau, elles restent tout de même limitées quant à leurs modes opératoires. C’est en effet plus un moment de pure réflexion sur le fonctionnement institutionnel de la discipline, qu’un moment de réflexion sur la production en réseau, d’un savoir sur le politique. Ainsi, « en septembre 2000, l’Association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP) organisait en partenariat avec la Direction de l’enseignement supérieur, les premières Assises de la science politique. Depuis, chacune des éditions des Assises de la science politique a été co-organisée par l’AFSP en partenariat avec les autres associations disciplinaires » (AFSP, 2018).

29Les groupes de recherche en France forment des micros réseaux qui oscillent entre la politique comparée et les relations internationales en passant par les la sociologie politique, les politiques et actions publiques. Des échanges intenses se jouent à l’intérieur de ces réseaux, mettant en contact des chercheurs d’Universités différentes. On peut l’illustrer avec le groupe Folo (formes de la loyauté et de la fidélité politiques) qui lors de sa séance de travail du 4 juillet 2018, a mis en contact des chercheurs d’universités parisiennes, de Lille et Strasbourg (AFSP 2018). Les travaux proposés et développés par les groupes de recherche au sein des associations nationales ou au sein des congrès donnent naissance à d’étroites collaborations entre eux (Elizeu et Al, 2014, 34). Les intitulés des congrès et colloque dans le cadre des réseaux donnent une idée de la diversité et de la richesse des champs d’investigation qui s’ouvrent à la recherche en science politique (ibid.). Les assises et les rencontres entre groupes de recherche en France témoignent d’une dynamique réticulaire interne intense comme le montre les différents groupes de recherches compilés dans le tableau qui précède. Cette dynamique interne peut déborder les frontières. Ainsi, on a pu remarquer qu’à la rencontre du groupe Folo, il y avait des universitaires venant de l’Université de Bern en Allemagne. Cela témoigne de ce que la science politique francophone ou plutôt française pour être précis dans ce cas, ne se cantonne pas à la langue. Nous le verrons d’ailleurs avec les congrès qui sont plus larges en termes de participants, avec pour principale caractéristique, la présence de participants internationaux.

30Les congrès internationaux de science politique permettent de constater deux niveaux de croisement. Le premier niveau de croisement, c’est le croisement entre les différents chercheurs de diverses associations francophones de science politique. Le deuxième niveau met en exergue les réseaux qui se créent autour de congrès entre les chercheurs francophones et ceux d’autres aires linguistiques, notamment anglo-saxons. Dans le cadre du premier niveau de croisement, on peut prendre le cas des congrès nationaux. Nous pouvons prendre à titre d’exemple, l’Association Luxembourgeoise de Science Politique. Lorsque nous observons la liste des panels sélectionnés pour le congrès de 2013, nous nous rendons compte que plusieurs panels sont présidés par des chercheurs d’autres pays francophones. Le panel sur l’enjeu de la décentralisation dans les partis politiques nationaux était par exemple présidé par un chercheur belge. Ce même panel permet de montrer avec le deuxième niveau de croisement, que la science politique francophone n’est pas fermée et s’ouvre à l’international. En effet, le coprésident de ce panel était un chercheur britannique. De même, le panel sur la politique en dehors des élections était présidé par un chercheur français tout comme le panel sur la gouvernance multi-niveaux était présidé par un chercheur canadien et un chercheur belge. L’Afrique n’est pas épargnée dans cette démarche car on remarque par exemple que le panel sur les révolutions arabes était présidé par un Camerounais et un Burkinabé.

31Ces réseaux se renforcent avec des publications dans les revues sur lesquelles s’adossent les associations nationales. En France, il y a la Revue Française de Science Politique créée depuis 1951. Cette revue publie depuis lors, des travaux entrant dans les multiples sous-secteurs de la science politique allant de la sociologie politique aux relations internationales en passant par les politiques publiques. Elle est la revue de référence pour la science politique française.

32Après avoir caractérisé le réseau des associations francophones de science politique en termes de lien interne et externe, il convient de voir la place de ce réseau dans structuration de la compétition scientifique mondiale.

II.3. Le réseau structure -t-il la compétition scientifique ? : comprendre la place de la science politique francophone dans la mondialisation scientifique

33« Depuis 2009, la tenue d’ateliers de réflexion sur la recherche et l’enseignement en science politique francophone dans les villes de Bruxelles (2011), de Grenoble (2009), de Montréal (2011), d’Ottawa (2010) et de Strasbourg (2011) a nourri la réflexion sur ces questions : Dans quelle mesure la science politique francophone est-elle concernée par la prédominance de l’anglais comme véhicule de connaissances ? La recherche et la publication en langue française sont-elles vouées à disparaître ? La science politique francophone est-elle fondamentalement différente de celle qui se pratique dans le monde anglo-saxon ? » (Simard, 2013, 3). Ces questions posées peuvent ne pas avoir une implication en termes de réseau. L’implication qu’elles pourraient avoir se situe sans doute au niveau des réponses car c’est certainement en réseaux que des réponses à tous les aspects évoqués peuvent être efficaces.

34En ce qui concerne l’activité scientifique et l’impact de la langue sur la démarche réticulaire, il faut noter que la visibilité du monde universitaire se présente de plus en plus comme un critère de sélection et de classement (Aguillo, 2008, 234). On distingue trois classements internationaux qui captent le plus l’attention des médias à savoir le Times Higher Education World University Ranking, le Shanghai Academic Ranking of World Universities et le Webometrics Ranking of World Universities. Tous les trois classent des institutions universitaires selon un nombre restreint d’indicateurs quantitatifs pour établir une hiérarchie (Ndoye, 2010, 2). Finalement, cette visibilité paraît comme un moteur de défis reposant sur une gamme variée de critères (Boudin, 2008). On distingue deux sortes de classements ainsi : les rankings de réputation fondés par exemple sur les taux de satisfaction des employeurs de diplômés ou celle des étudiants ; les rankings de performance où l’on compte les résultats scientifiques obtenus par les universités. (Ibid).

35Quel que soit le critère de classement pris, il y a là une entrée féconde pour saisir la place des réseaux francophones de science politique dans la compétition scientifique mondiale. La question de la cotation internationale de la science politique francophone apparaît au premier abord comme étant structurée par des démarches de réseau. Le ranking serait alors un miroir à partir duquel on peut voir les limites de la science politique francophone en termes de valorisation et de reconnaissance internationale. Nous nous sommes appuyés sur un tableau de ranking pris sur le site du Figaro, lequel tableau donne une idée des positions des universités. Il faut préciser que le classement dont il est question reprend tout au moins en partie, la critériologie que nous avons soulignée plus haut en reprenant les travaux de Boudin. 

Tableau n° 2 : Les meilleures universités du monde

Image 100002010000024C000002EFA382D3833A0F5F10.pngSource: http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/Classement%20general%20WEB.pdf

36À première vue, on note qu’aucune université francophone n’apparaît dans le top 50. Celles du Canada qui apparaissent, sont des universités de langue anglaise. La question à ce niveau est de savoir si la langue scientifique et les démarches de réseaux ont un impact sur la reconnaissance du réseau des associations francophones de science politique.

37En reprenant le travail d’Imbeau et Ouimet cité plus haut, le tableau suivant permet de mieux comprendre cette faible internationalisation du réseau des associations francophones de science politique.

Tableau n° 3 : moyennes des indicateurs bibliométriques et du pourcentage de publications en français selon l’unité de rattachement

Image 1000020100000310000001490DBC6C1234DBA683.png

Source : Imbeau, 2012, 51

38Ce tableau présente les moyennes des indicateurs bibliométriques et du pourcentage de publications en français pour chaque unité de rattachement (Imbeau, 2012, 51). Nous constatons l’existence d'un lien de causalité langue – cotation. En effet, le département de science politique de l’université de Montréal ayant le taux de publications en français le plus faible (44,2), se situe au premier rang. Il en est de même pour le département de science politique de l’université Laval (54,5) qui est le deuxième dans ce classement ainsi que les autres départements. Autant le pourcentage de publications en français est faible, autant la place dans le classement monte (Imbeau, 2012, 64). Sans nous étendre sur les statistiques, ce qu’il était important de voir ici c’est que le niveau de cotation de la science politique francophone n’est pas forcément lié au réseau mais à la langue. Cela n’occulte pas le fait que s’il existe un réseau francophone de science politique, c’est d’abord parce qu’il est adossé sur une langue.

39Au niveau du réseau des associations francophones de science politique, les différents réseaux ont chacun leurs revues et celles-ci ne sont pas moins importantes. C’est par exemple le cas de la Revue Française de Science Politique qui reste suffisamment cotée. Cela permet d’engager le débat sur la perception des réseaux par les chercheurs de ces deux aires linguistiques différentes. En effet, il peut paraître péremptoire de penser que les chercheurs n’accordent pas d’importance au réseau notamment dans l’espace francophone. Lorsqu’on observe l’espace francophone en prenant par exemple la liste de diffusion électronique de l’Association Nationale des Candidats au Métiers de la Science Politique, on remarque qu’au moins toutes les trois minutes, circule un courriel avec une information au sujet d’un colloque. C’est-à-dire que les chercheurs francophones de science politique ne sont pas moins actifs qu’on pourrait l’imaginer. Ils seraient d’ailleurs très engagés dans des démarches réticulaires. Le seul problème est que ces démarches sont dispersées. Ils peuvent participer à un réseau mais aussi des réseaux. De plus, la notion de réseau est très relative car un réseau peut contenir des différents réseaux. La question de la communication peut aussi être soulevée. En prenant le site web de l’American Political Science Association, il est pratiquement offensif du point de vue de toutes les informations qu’on y retrouve, donnant ainsi une aisance pour les institutions ou les individus qui voudraient adhérer. On remarque à contrario que le réseau des associations francophones de science politique n’a pas de site web, il faut aller sur le site de l’Association Française de Science politique pour avoir quelques informations. Nous pourrions alors demander si ce réseau fonctionne en se basant sur des réseaux qui le composent et grâce auxquels l’information circule. Cela renseigne aussi sur la question de la perception dont nous parlions plus haut dans mesure où le réseau n’est pas nécessairement porteur de sens pour les chercheurs mais ceux-ci ne négligent non plus l’aspect collaboratif. Ils préfèrent parfois passer via des collaborations individuelles, multipliant ainsi les micros réseaux.

40Au terme de cette réflexion, il apparaît que la science politique francophone opère à travers une dynamique réticulaire qui s’appuie sur le rapport entre langue et réseaux scientifique. Ainsi des groupes thématiques qui font vivre les réseaux francophones de science politique d’abord au niveau national mais aussi au niveau de l’association des réseaux francophones de science politique. Le rapport entre ces réseaux francophones et l’espace anglo-saxon montre bien que le réseau francophone de science politique est vivant et prend en compte les dynamiques de la mondialisation scientifique. Seulement, la science politique francophone reste toujours marginalisée dans la compétition scientifique mondiale. Il s’agit à travers les analyses faites tout au long de cette réflexion, de voir que la place de science politique francophone dans la mondialisation scientifique ne peut s’expliquer exclusivement par une dynamique réticulaire qui serait fragile. L’inévitable primauté de l’anglais et une logique de construction de réseaux personnels par les politistes francophones peuvent se présenter comme des facteurs alternatifs d’explications.


Bibliographie

Aghion P. (2009), « The Governance and Performance of Research Universities: Evidence from Europe and the US », Economic Policy 25(61), p. 7-59.

Aguillo, I. F et al. (2008), « Webometric ranking of world universities: Introduction, methodology, and future developments», Higher Education in Europe, vol. 33 n° 2/3 p. 234-244.

Anderson J. (1974), « Foreign Language Barriers in Information Transfer », Journal of Education for Librarianship, vol. 14, n° 3, p. 171-184.

Association Française de Science Politique (2018), disponible sur : http://www.afsp.info/association/partenariats/reseau-des-associations-francophones-de-science-politique/, consulté le 17/02/2018.

Balandier G. (1981), Sens et puissance, les dynamiques sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Baneyx A. (2008), « “'Publish or Perish” as Citation Metrics Used To Analyze Scientific Output in the Humanities: International Case Studies in Economics, Geography, Social Sciences, Philosophy, and History », Archivum Immunologiae et Therapiae Experimentalis, vol. 56, p. 363-371.

Barus-Michel J. (2011), (dir) Vocabulaire de psychosociologie, références et positions, Paris, Eres.

Bertheleu H. (2001), « La politique canadienne du multiculturalisme : citoyenneté, accommodements institutionnels et équité », Sociétés contemporaines, vol 3, n° 43, p. 31-51.

Biersteker T. J. (2015), « Création d’un espace discursif mondial : les défis de l’interdisciplinarité, de l’esprit de clocher et de l’intégration des savoirs pratiques dans l’enseignement des Relations internationales », Études internationales, p. 381-404.

Billordo L. (2005), « Methods training in French political science », French Politics, n° 3 (3), p. 352–357.

Bland C. et al (2002), « One School’s Strategy to Assess and Improve the Vitality of its Faculty », Academic Medicine, vol. 77, p. 368-376.

Bland C. et al (2005), « A Theoretical, Practical, Predictive Model of Faculty and Department Research Productivity », Academic Medicine, vol. 80, n° 3, p. 225-237.

Boudin J. (2008), « Enseignement supérieur : le défi des classements », Rapport d’information, n° 442, Paris.

Braud P. (2018), Sociologie politique, Paris, L.G.D.J.

Caplow T. (1998), « The principle of singularity », International Journal of Comparative Sociology, n° 39, p. 9-15.

Darras E. (2004), la science politique une et multiple, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques ».

Dassargues A., Perrez, J. & Reuchamps M. (2014), « Les relations entre langue et politique en Belgique : linguistiques ou communautaires ? », Revue internationale de politique comparée, vol. 21, n° 1, p. 105-128.

Dubois J. et al. (1994), Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse.

Dupuis J. (2002), « La gestion québécoise à la lumière des études comparatives », Recherches sociographiques, n° 43 (1), p. 183-205.

Falardeau J.-C. (1961), « Le Canada français politique vue de l’intérieur », Recherches sociographiques, volume 2, n° 3-4, p. 295-340.

Fournis Y. (2017), « L’institutionnalisation des communautés minoritaires au Canada : des communautés politiques au politiques communautaires », Politiques et Sociétés : la complétude institutionnelle en perspective, 2017, volume 36, n° 3, p. 93-114.

Gazibo M. (2001), « l’Afrique en politique comparée », Polis / vol. 8, p. 1-18.

GEMDEV (1997), Les avatars de 1’État en Afrique, Paris, Karthala.

Germain P. (1989), « Face aux interrogations et aux doutes des acteurs de la science et de la technologie des pays francophones » dans AUPELF-UREF, Francophonie scientifique : le tournant, Paris, John Libbey Eurotext, p. 11-17.

Gingras Y. (2010), « Les sciences sociales françaises entre ancrage local et visibilité internationale », European Journal of Sociology / Archives européennes de sociologie, vol. 51, n° 2, p. 305-321.

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, la présentation de soi, Tome 1, Paris, Editions de Minuit.

Held D. et al. (1999), Global Transformations: Politics, Economics and Culture, Stanford, University Press, p. 303-310.

Hirschhorn M. (2004), « Un réseau scientifique francophone en sciences sociales », Hermès, n° 40, p. 176-177.

Imbeau L. et al. (2012), « Langue de publication et performance en recherche : Publier en français a-t-il un impact sur les performances bibliométriques des chercheurs francophones en science politique ? », Politique et Sociétés, n° 31, p. 39-65.

Inglerhart R. et al. (2000), « Modernization, cultural change and the persistence of traditional values », American Sociological Review, n° 65, p. 19-51.

Jean B. (2006), « Les études rurales québécoises entre les approches monographiques et typologiques », Recherches sociographiques, n° 47 (3), p. 503-529.

Kohn L. (1987), « Cross-national research as an analytic strategy », American Sociological Review, n° 52, p. 713-731.

Laszlo, P. (2010), « Être un scientifique, c’est apprendre à traduire la parole des choses ». Hermès, vol. 56, n° 1, p. 113-120.

Le Gales P., Thatcher N. (2004), Les réseaux de politique publique : Débat autour des policy networks, Paris, L’Harmattan.

Lemieux V. (1999), Réseau d’acteur sociaux, Paris, Presses universitaires de France.

Palier B. (2010), « Path dependence » (Dépendance au chemin emprunté), dans Boussaguet L. (dir.), Dictionnaire des politiques publiques , Paris, Presses de Sciences Po, p. 411-419.

Ramel F. et Phan T. H. T. (2008), « La Francophonie au prisme des théories : État des lieux et perspectives », dans La Francophonie sous l’angle des théories des relations internationales, Lyon, Edition de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Simard C., Cornut J. (2012), « La science politique francophone. Défis et trajectoires », Politique et Sociétés, vol. 31, n° 3, p. 3-8.


Pour citer ce document

Philippe Eyebe Awono et Hong Khanh Dang, «Mondialisation scientifique et dynamiques réticulaires de la science politique : une analyse des réseaux francophones de science politique», Revue Internationale des Francophonies [En ligne], 5 | 2019, publié le : 17/06/2019, URL : http://rifrancophonies.com/rif/index.php?id=850.

Auteur

Quelques mots à propos de :  Philippe Eyebe Awono

Philippe Awono Eyebe est doctorant en Science politique à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il est titulaire de trois masters dont un en Science politique obtenu à l’Université de Yaoundé 2, un en Relations internationales obtenu à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et un dernier en Gouvernance et intégration régionale obtenu à l’Université panafricaine-Union africaine. Ses travaux portent sur la diplomatie, les politiques publiques internationales, la sécurité humaine et la sociologie de la connaissance.

Quelques mots à propos de :  Hong Khanh Dang

Hong Khanh DANG est docteur en Science politique. Elle a soutenu, en 2016, sa thèse sur La Francophonie et la coopération Vietnam-Afrique. Après avoir été attachée temporaire d’enseignement et de recherche en Science politique à l’Université Jean Moulin Lyon 3, elle est depuis 2017 ingénieur de recherche et enseignante vacataire à l’Institut international pour la Francophonie (2IF).